Logo 4ventsgroup
Marketing RH

    Accueil > Marketing RH > Vision et perspectives par Christophe Lecourtier, Directeur Général d'Ubifrance

Vision et perspectives par Christophe Lecourtier, Directeur Général d'Ubifrance


Ubifrance est l’agence française pour le développement international des entreprises. Véritable tête de pont des PME et des grands groupes hexagonaux à l’étranger, elle accompagne près de 15 000 entreprises chaque année et des milliers de jeunes volontaires internationaux en entreprise (V.I.E). Face à la concurrence mondiale, l’agence publique cherche à améliorer ses services et sa stratégie commerciale.

La France enregistre depuis plusieurs années un déficit important de son commerce extérieur, qui s’est encore creusé en 2007, à près de 40 milliards d’euros. Quel rôle Ubifrance est-il appelé à jouer dans ce contexte difficile ?

Christophe Lecourtier : Il existe évidemment des raisons conjoncturelles à la faiblesse actuelle de notre commerce extérieur. Hausse des prix de l’énergie et du pétrole, euro fort, crise financière aux Etats-Unis, le commerce mondial traverse une passe difficile. Il n’en reste pas moins vrai que nos entreprises doivent être mieux armées à l’international. Ubifrance met à la disposition des entreprises un réseau mondial de 2 000 spécialistes, des outils, des services, des leviers qui facilitent l’implantation à l’étranger. Nous sommes dans la posture d’un prestataire de service public qui favorise l’accès au business à chaque stade du développement d’une entreprise. Plus récemment, nous avons porté notre effort sur les PME ; pour les responsables de ces structures, l’export peut certes apparaître compliqué mais c’est un formidable outil de développement. Nous voulons être l’organisation qui fait la courte échelle aux entreprises qui regardent vers l’international…

Quels avantages peut encore présenter le V.I.E pour un jeune diplômé ou une entreprise dans une économie où l’international tend à devenir la norme ?

Les grandes entreprises revoient aujourd’hui les conditions d’expatriation. Il est révolu ce temps où les cadres français expatriés étaient les « seigneurs de la guerre », bénéficiant de contrats mirifiques et d’avantages enviables. Pour l’entreprise, le V.I.E est une solution souple, économiquement rentable, sans complexité juridique. Pour le jeune diplômé, le volontariat représente une expérience professionnelle forte comprenant une véritable mission à responsabilité dans la très grande majorité des cas. Nos anciens V.I.E parlent souvent d’effet
« accélérateur de carrière » lorsqu’ils évoquent leur période de volontariat. C’est aussi un contrat équilibré, une période d’essai réciproque entre le jeune et l’entreprise. Le V.I.E c’est une alchimie, la rencontre de deux opportunités. Enfin, pour l’entreprise, le V.I.E est clairement devenu un moyen de se rendre séduisante sur un marché du travail tendu. Les grands groupes français en ont fait pour la plupart un instrument d’embauche de leurs futurs cadres internationaux. Mais la logique vaut aussi pour une PME : le V.I.E lui permet de se donner une image d’entreprise ambitieuse et innovante et d’attirer ainsi des profils qui lui auraient échappé en temps normal.

Le volontariat international en entreprise est un des fers de lance d’Ubifrance. Depuis sa mise en place en 2001, le système du V.I.E a gagné ses galons et a fêté il y un an le départ du 5 000e volontaire. Le gouvernement vous demande maintenant d’accélérer le rythme…

Ubifrance recherche des jeunes diplômés performants, formés linguistiquement, possédant un tempérament qui les poussent vers l’expatriation et la prise de responsabilités. C’est une mission difficile au regard des tensions croissantes sur le marché du travail et du fait qu’Ubifrance n’est pas un recruteur professionnel. Il est vrai que les pouvoirs publics nous ont assigné des objectifs très ambitieux pour le V.I.E, nous demandant de franchir le cap des 10 000 volontaires en poste à l’horizon 2011. C’est un véritable challenge qui nécessite de franchir une nouvelle étape en repositionnant et en redimensionnant notre stratégie. La présence à nos côtés d’un partenaire s’est rapidement avérée indispensable.

Quels ont été les principaux axes de ce repositionnement ?

L’intervention des consultants de 4ventsgroup a été subtile et pertinente à la fois. Loin de remettre en cause nos acquis, ils nous ont amenés à opérer un changement dans notre stratégie : convaincre les étudiants le plus tôt possible de l’intérêt de s’engager dans un V.I.E. Jusqu’ici, Ubifrance « chassait » prioritairement les bac + 4 et bac + 5 en fin d’études. L’expertise de 4ventsgroup nous a conduit à nous positionner plus en amont, à faire germer l’idée de l’international plus tôt dans l’esprit de ces jeunes pour faire en sorte que le V.I.E devienne naturellement une option et s’impose à eux.
C’est l’objectif du site créé par les équipes de 4ventsgroup, www.partir-en-vie.com, un outil qui doit susciter l’envie chez les étudiants. En mai dernier, un premier tchat a ainsi attiré plus de 2 000 étudiants, qui pour la plupart découvraient cette formule du volontariat international. De telles actions suscitent de nouvelles mobilisations, créent un buzz, et attirent de nouveaux publics vers le V.I.E.